RESERVEZ MAINTENANT
La route des lacs d’Auvergnes 2017-04-09T09:25:05+00:00

Project Description

Balade au fil de l’eau

Façonnés par l’activité volcanique, les nombreux lacs de la région ont tous leur charme et leur spécificité. Un circuit à savourer à pied, autour des lacs qui font les belles images de l’Auvergne. L’eau, en Auvergne fait bon ménage avec les volcans, comme si c’était le feu qui avait généré les rivières pour fendre la montagne et créé ces étendues calmes, sombres et parfois étranges.

Des éruptions ont parfois éclaté des roches dures, pour laisser place à un puits étanche. Ainsi sont définis les cratères d’explosion comme ceux des lacs Pavin ou Chauvet. Les coulées de lave descendant dans les vallées, ont également beaucoup œuvré dans la création des lacs, barrant rivières et ruisseaux, de cette manière se sont formés le lac de Guéry, qu’alimentent plusieurs sources, le lac de la Cassière ou celui d’ Aydat. Ailleurs les glaciers ont fait leurs trous dans la terre, dévorant la roche trop dure qui leur a fait barrage. Les glaciers ont fondu, les eaux ont été retenues, ainsi qu’en témoigne, par exemple le lac de la Crégut.

Les lacs les plus connus :

  • Le gour de Tazenat : Le gour de Tazenat se situe à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Riom à 5 km au nord-est de Manzat et à 2,5 km au sud de Charbonnières-les-Vieilles. Il est localisé au nord de la chaîne des Puys. Ce lac est interdit à la navigation. Le gour de Tazenat est un maar, un cratère d’origine volcanique formé par une explosion phréato-magmatique. Il s’est formé il y a 29 000 ans au minimum, une datation obtenue par carottage des sédiment.
  • Le lac d’Aydat : Le lac d’Aydat est le plus grand lac naturel d’Auvergne. Il s’agit d’un lac de barrage volcanique aujourd’hui eutrophe. L’émergence de la coulée de lave (la cheire d’Aydat), longue de 15 km, du puy de la Vache et du puy de Lassolas a verrouillé la rivière de la Veyre, bloquant le cheminement des eaux et créant ainsi le lac d’Aydat et le lac de la Cassière. L’île située près de la rive nord s’appelle Saint-Sidoine, en souvenir de l’évêque Sidoine Apollinaire qui possédait une villa romaine au bord du lac. Situé dans un remarquable cadre boisé, l’environnement du lac est propice à des promenades (le tour du lac fait 5,5 km).
  • Le lac Chambon : Il a été formé par le volcan le Tartaret qui a obstrué le lit de la Couze Chambon. Principalement situé sur la commune de Chambon-sur-Lac, sa partie sud-est se trouve sur la commune de Murol. Ses rives sont très découpées, sauf à l’est et au nord-ouest où deux plages ont été aménagées pour la baignade et les activités nautiques. Un sentier permet d’en faire le tour en environ une heure. Une partie du sentier a été réaménagée en 2006 et des portions sur pilotis permettent de suivre la rive du lac en passant dans les zones marécageuses. Le tour du lac fait 3,5 km.

  • Le lac de Servières : Situé sur la commune d’Orcival, à une altitude de 1 202 m, il s’est formé dans le cratère d’un ancien volcan, c’est ce que l’on appelle un maar. Le site est particulièrement bien préservé au vu des nombreuses espèces végétales présentes et de la qualité de l’eau. Deux sentiers de grande randonnée s’y croisent : le GR 30 et le GR 441.
  • Le lac de Guéry : Il résulte de l’obstruction de deux cours d’eau par une coulée de lave il y a deux millions d’années. Il s’est créé à la suite de l’érosion par surcreusement glaciaire. Complètement gelé en hiver, la pêche y est possible début mars, en creusant un trou dans la glace. La pratique de cette technique est unique en France. 
  • Le lac Pavin : Il s’est formé par phréato-magmatisme, autrement dit il s’agit d’un maar. Le site d’escalade, situé sur le bord ouest du lac Pavin, est une falaise issue d’une coulée basaltique échappée du puy de Montchal distant d’à peine plus d’1km, situé sur le coté sud-ouest, l’escalade peut donc se pratiquer d’avril à décembre.